lundi 24 septembre 2018

Budapest, the pearl of the Danube / Budapest, la perle du Danube

The city of Budapest was officially acknowledged at the Hungarian capital on November 17th, 1873 with the merging of Buda, Pest and Óbuda. Nevertheless, its historical journey can be traced back to more than 2000 years ago. Alternately Celtic, Roman, Bulgarian and finally Hungarian to fall under the Ottoman rule, it rose from the ashes under the Habsbourg as a part of the Austro-Hungarian Empire. The present-day city still exalts this duality between Buda, west of the Danube, with its winding medieval streets and Pest and its opulent 19th century boulevards. Rightfully considered as one of the most beautiful cities in Europe, Budapest is an eye candy amidst its Art nouveau palaces, colorful streets and countless museums. To start our visit let's go to Buda to discover one of the emblems of the city, the Buda Castle. Founded by King Béla IV of Hungary in the mid-13th century, the medieval castle became a center of knowledge during the Renaissance because of its Bibliotheca Corviniana, one of the largest book collections of that period. Seized by the Ottomans, the building will be destroyed during the Siege of Buda in 1686. The current building dates back from 1747, but the facades have been remodeled several times until the end of the 19th century. Today it hosts one of the most popular museums of Budapest: the Hungarian National Gallery. / Si Budapest naît officiellement le 17 Novembre 1873 par la réunion de Buda, Pest et Óbuda, la capitale hongroise possède néanmoins une histoire vieille de plus de 2000 ans. Tour à tour celte, romaine, bulgare puis finalement hongroise pour tomber sous le joug des Ottomans au XVIème siècle, elle renaît de ses cendres sous les Habsbourg où elle intègre l'Empire austro-hongrois. La ville moderne exalte toujours cette dualité entre Buda, médiévale et sinueuse à l'ouest du Danube et Pest aux opulentes avenues rectilignes datant du XIXème siècle. Souvent considérée - à juste titre - comme l'une des plus belles capitales d'Europe, Budapest est un véritable plaisir pour les yeux entre ses palais art nouveau, ses ruelles colorées et ses nombreux musées. Pour commencer cette visite direction Buda pour découvrir l'un des lieux les plus emblématiques de la ville, le Palais royal. Fondé par le roi Béla IV de Hongrie au milieu du XIIIème siècle, le château médiéval attira les penseurs et les humanistes de la Renaissance grâce à la Bibliotheca Corviniana, considérée comme l'une des plus grandes collections de livres et de manuscrits de cette époque. Pris par les Ottomans sans dommage, il sera détruit pendant le siège de Buda en 1686. Le bâtiment actuel date de 1747 mais les façades subirent de nombreux changements jusqu'à la fin du XIXème siècle. Il abrite aujourd'hui l'un des musées les plus populaires de Budapest: la Galerie nationale hongroise.
















With its collections spanning from Middle-Ages to our days, the National Gallery offers an interesting overview of a part of the European painting that is normally, rarely seen outside of this country. The 19th is a rich period for Hungarian art that revives the great national topics. The birth of Hungary, the wars against the Turks and numerous pagan myths face the daily life of the Hungarian society at that time. The 360° view from the gallery dome is breathtaking. On the other end of the hill let's explore the magnificient Matthias Church. Built - like Buda Castle - by the King Béla IV from 1255 it will be converted into a mosque under the Ottoman rule, until 1686, while the city is captured by the Habsbourg. Completely refurbished in a Gothic revival style at the end of the 19th century by the architect Frigyes Schulek, the church has been used for the coronation of several Hungarian rulers. With its 78 m bell tower it is the second tallest religious building in Budapest. It is named after the Kind Matthias 1st who turned Hungary into a major power in Central Europe by the end of the 15th century. / Avec ses collections allant du Moyen-Âge à nos jours, la Galerie nationale permet de découvrir tout un pan de l'art européen qui est rarement exposé en dehors du pays. Le XIXème est une période particulièrement faste pour les peintres hongrois qui remettent au goût du jour des grands thèmes historiques comme la naissance de la Hongrie, la lutte contre les Ottomans ainsi qu'un grand nombre de légendes païennes qui cohabitent avec des scènes plus modernes montrant la société hongroise de l'époque. La vue à 360° depuis la coupole de la Galerie nationale est à couper le souffle. A l'autre extrémité de la colline, découvrons la magnifique Eglise Mathias. Fondée comme le Palais royal par le roi Béla IV à partir de 1255 elle sera transformée en mosquée sous les Ottomans avant d'être reprise avec le reste de la ville en 1686 par les Habsbourg. Entièrement restauré par l'architecte Frigyes Schulek dans un style néogothique à la fin du XIXème, elle sert de cadre aux cérémonies de couronnement de plusieurs rois hongrois. Avec son clocher de 78 m de haut elle est le deuxième plus haut édifice religieux de Budapest. Elle tient son nom du roi Matthias Ier, qui fit de la Hongrie une puissance majeure en Europe centrale à la fin du XVème siècle.













Around the church, the former Medieval fortifications have been replaced at the end of the 19th century by a Romanesque revival promenade, the Fisherman's Bastion, named after the fishermen's guild consider as the protector of Buda. In the center of the square one can admire the bronze statue of Stephen 1st, the founder of Hungary whose he became the king from 1000. As well as Buda Castle, Matthias Church is a part of the Old Buda, listed as a UNESCO heritage site from 1987. Stretching along a 1 km chalky plateau, the old town of Budapest forms a maze of narrow pastel streets and shaded squares. / Autour de l'église, les anciens remparts datant du Moyen-Âge furent remplacés à la fin du XIXème par un ensemble néo-roman, le Bastion des pêcheurs, nommé en l'honneur de la guilde des pêcheurs censée défendre la ville de Buda. Au milieu de la place on peut également admirer une statue en bronze d'Etienne Ier, considéré comme le fondateur de la Hongrie dont il devient roi en l'an 1000. Tout comme le Palais royal, l'Eglise Matthias fait partie de l'ensemble du Vieux Buda, classé à l'UNESCO depuis 1987. S'étirant sur une plateau calcaire d'environ 1 km de long, la vieille ville de Budapest forme un dédale de ruelles étroites aux couleurs pastels et de places ombragées.



















Located south of Buda, the Gellért Mount is the highest point of the city with its 232 m above the sea level. Topped with a citadel built by the Austrians after the 1848 Hungarian revolution, it is famous for its Liberty Statue erected in 1947 to celebrate the liberation of the city by the Soviets. Ironically the Soviets will use the citadel to bomb the city during the 1956 Budapest insurrection. Down the hill let's enter into one of the most popular Budapest institutions: the Gellért Baths. The bath culture (called "fürdő" in Hungarian) is inseparable from Budapest. The city lies on a geological fault from which 40,000 m³ of warm water flows every day. If the Romans enjoyed the therapeutic and relaxing effects of those springs, the bath culture really flourished under the Ottomans. Some baths built at that period are still in use today. But the lavish thermal institutions we know today date back from the beginning of the 20th century for the purpose of pleasing the elites from all over Europe. The Gellért Baths, open in 1918 with their gorgeous Art nouveau mosaic interiors bears witness to this opulent period. / Haut de 232 m le Mont Gellért, situé au sud de Buda, est le point culminant du centre-ville. Coiffé à son sommet par une citadelle construite par les Autrichiens après la Révolution hongroise de 1848, il est connu par sa Statue de la Liberté érigée en 1947 en mémoire de la libération de Budapest par les troupes soviétiques. Ironiquement les Soviétiques se serviront de la citadelle pour bombarder la ville lors de l'Insurrection hongroise de 1956. C'est au pied que cette colline que nous découvrons une des institutions de Budapest: les Bains Géllert. La culture des bains (dit "fürdő" en hongrois) est indissociable de Budapest. En effet la ville est située sur une faille géologique d'où jaillissent près de 40 000 m³ d'eau chaude chaque jour. Si les Romains profitaient déjà des vertus thérapeutiques et relaxantes de ces sources, ce sont les Ottomans qui donnent ses lettres de noblesse à l'art du bain. Certains thermes bâtis à cette période fonctionnent toujours aujourd'hui. C'est au début du XXème que sont construits les superbes établissements que l'on connaît aujourd'hui pour le plaisirs des élites européennes. Les Bains Gellért, créés en 1918 avec leurs somptueux intérieurs Art nouveau en mosaïque témoignent du faste de cette période.




















On the other bank of the Danube, in the Városliget park, the Széchenyi Baths, open in 1913, are another Budapest institution with its sumptuous yellow facades and its immense pools. It is the largest thermal spa in Europe. Outside of the park impossible not to see the gigantic Hősök tere or "Heroes' Square", built in 1896 to celebrate the millenium of the conquest of Hungary by the Magyars. Budapest metro was created the same year, making it the second oldest metro in the world, after the London Underground. This square is the starting point of the 2310 m long Andrássy avenue. This wide lane is dotted with buildings each more beautiful than the next, including numerous cultural institutions such as the National Opera or the Terror Museum. If Paris stayed sober despite its opulence, in contrast Budapest succeeded to combine all the architectural styles with a unique exuberance. The Art nouveau stands along the Romanesque architecture, the Baroque and the Gothic styles flourish side by side, the Moorish palaces face the Art deco buildings harmoniously. / De l'autre côté du Danube, dans le parc Városliget, les Bains Széchenyi, inaugurés en 1913, sont également une institution à Budapest avec ses opulentes façades jaunes et ses immenses bassins. Il s'agit du plus grand établissement thermal d'Europe. En sortant du parc Városliget impossible de rater l'immense Hősök tere ou "Place des héros", fondée en 1896 pour célébrer les 1000 ans de la conquête de la Hongrie par les Magyars. C'est également à cette occasion qu'est créé le métro de Budapest, le deuxième plus vieux du monde après celui de Londres. Depuis cette place s'étire les 2310 m de l'avenue Andrássy. Cette large voie est constellée dans toute sa longueur de bâtiments plus grandioses les uns que les autres. On retrouve plusieurs institutions culturelles comme l'Opéra national ou le Musée de la terreur. Si Paris est resté sobre dans l'opulence, Budapest au contraire a su mélanger tous les styles avec une exubérance unique. L'art nouveau côtoie l'architecture romane, le baroque se mêle avec le gothique, les édifices mauresques font face aux immeubles art déco.




















At the western end of Andrássy avenue, St. Stephen's Basilica stands proudly. 55 m wide and 96 m tall it is one of the largest buildings of Budapest. Built at the beginning of the 19th century it has been completely renovated in 1868 after its dome collapsed. Its magnificent Baroque revival interiors contain the relics of the king Stephen 1st of Hungary, canonized in 1083. Further north, but still in Lipótváros district you cannot miss the Hungarian Parliament. With its 268 m long Gothic revival facade, it is the largest building in the country. Alongside with the Széchenyi Chain Bridge, it is among the most famous landmarks of Hungary. / A l'extrémité ouest de l'avenue Andrássy se trouve la Basilique Saint-Étienne de Pest. Large de 55 m pour 96 m de haut c'est l'un des plus grands bâtiments de Budapest. Bâtie au début du XIXème siècle elle fut entièrement reconstruite en 1868 après que son dôme se soit effondré. Ses intérieurs néo-baroques particulièrement somptueux contiennent les reliques du roi Etienne 1er de Hongrie canonisé en 1083. Plus au nord toujours dans le quartier de Lipótváros, impossible de rater le Parlement hongrois. Sa flamboyante façade néogothique de quelques 268 m de large en fait le plus grand bâtiment du pays. Avec le Pont des chaînes Széchenyi, il fait partie des monuments le plus connu de Budapest.




















Further south, Belváros district is known for its numerous pedestrian alleys and charming squares. One can enjoy two of the most prestigious cafes of the capital. As well as Austria, Hungary has a longstanding cafes culture which became popular meeting points for the Budapest polite society. The Cafe Gerbeaud, established in 1858 by Emile Gerbeaud, a master confectionner from Geneva, is probably the fanciest cafe in Budapest with its rococo interiors. The Cafe Central or Centrál Kávéház, open in 1887, is the perfect setting to discover some delightful Hungarian specialities. I am personally seduced by a piece of dobos torta, a luscious layered sponge cake filled with chocolate buttercream and topped with a thin slice of crunchy caramel. After such a treat it is time to visit the Hungarian National Museum. / Plus au sud, dans le quartier de Belváros, s'étirent de nombreuses rues piétonnes et des places charmantes. On y retrouve deux des plus célèbres cafés de la capitale. Tout comme l'Autriche, la Hongrie cultive un intérêt tout particulier pour l'univers des cafés, longtemps lieu de rendez-vous de la bonne société hongroise dans leurs intérieurs feutrées. Le Café Gerbeaud, fondé en 1858 par Émile Gerbeaud, un chocolatier hongrois originaire de Genève, est probablement le salon de thé le plus huppé de Budapest avec ses décors rococo. Le Café Central ou Centrál Kávéház, ouvert en 1887 offre également un cadre superbe pour découvrir les spécialités hongroises. Pour ma part  je me laisse tenter par une part de dobos torta, un délicieux gâteau multicouche garni de crème au chocolat et couronné d'une fine lamelle de caramel croquant. Une fois le ventre plein, une visite au Musée national hongrois s'impose.
















This museum inaugurated in 1847 gives a comprehensive overview of the national history from Prehistory to our days. Hungary as we know it today has seen many civilizations including the Celts, Scythians and Romans during the Antiquity whereas the beginning of Middle-Ages is known for the Barbarian Invasions. While the Goths and Slavs spread all over Europe, the Magyars or Hungarians, native from the Ural region in Central Russia, started to settle west of the Carpathians at the end of the 9th century. Considered as fierce horsemen, Magyars were finally defeated in 955 in East Francia, present-day Germany. Once converted to Christian faith around 1000, the country continued to develop, despite several devastating raids lead by the Mongols in the mid-13th century. During the 15th century the Kingdom of Hungary grew into a major power, spanning from Adriatic Sea to Central Romania. After 150 years under the Ottoman rule, the country was integrated into Hasbourg Austria with unstable relations between Vienna and Budapest. The 19th century reinforced the desire of emancipation while the Austro-Hungarian Empire is born in 1867, puting finally Austria and Hungary on an equal footing. The turmoil of WW1 and WW2 radically changed Central Europe and if the country allied briefly with Nazi Germany, it will be absorbed into the Eastern Bloc, under the name of Hungarian People's Republic until 1989. Very close by, let's discover the Dohány Street Synagogue, the largest in Europe. / Ce musée inauguré en 1847 offre un aperçu particulièrement complet sur l'histoire du pays, de la Préhistoire à nos jours. La Hongrie comme nous la connaissons aujourd'hui fut gouvernée par de nombreux peuples dont les Celtes, les Scythes et les Romains durant l'Antiquité, alors que le début du Moyen-Âge est marqué par les invasions barbares. Pendant que les Goths et les Slaves s'étendirent petit à petit en Europe, les Magyars ou Hongrois, venus de l'Oural dans le centre de la Russie, commencèrent par s'implanter à l'ouest des Carpates à la fin du IXème siècle. Considérés comme de féroces chevaliers ileur extension s'arrêta en Francie orientale en 955. Christianisée à partir de l'an 1000, la Hongrie se développa tout au long du Moyen-Âge malgré plusieurs raids dévastateurs des Mongols au milieu du XIIIème siècle. Au XVème siècle, le Royaume de Hongrie était une puissance importante en Europe s'étendant de la Mer Adriatique jusqu'au centre de la Roumanie. Après 150 ans d'occupation ottomane le pays fut placée sous le coupe des Habsbourg avec des relations fluctuantes entre Vienne et Budapest. Avec le XIXème siècle souffle un vent d'émancipation glorifiant les idéaux nationalistes alors qu'en 1867 naît l'Empire austro-hongrois mettant enfin sur un pied d'égalité Autriche et Hongrie. Les tumultes des deux guerres mondiales changent le visage de l'Europe centrale et le pays qui s'associent brièvement avec l'Allemagne nazie sera finalement absorbé dans le bloc de l'est sous le nom de République populaire de Hongrie jusqu'en 1989. Tout près, découvrons la Grande Synagogue de Budapest, la plus vaste d'Europe.













Hungary has often been multicultural, but also multireligious, throughout its history. Well before the arrival of Magyars in present-day Hungary, the Jews was already a noticeable population in this area. Scholars say that the Jewish presence dates back from the 3rd century AD. Alternately repressed or tolerated, Jews thrived during Renaissance and Ottoman era. The autonomy of Hungary during 19th century also involved the Jewish community that will build the Dohány Street Synagogue in 1854. At that time Jews represents almost 25% of Budapest population, hence named "Judapest" in the extreme right wing circles. Despite the desolation of the WW2, this synagogue survived and still displays its superb Moorish facades today. Close from the synagogue but in a less formal atmosphere, let's discover one of the most famous party-hub of Budapest: Szimpla. This "romkocsma", aka art squat in Central Europe, is open since 2002. This maze of corridors and courtyards is entirely decorated with recycled objects. The neighborhood overall attracts the partygoers from all Europe. Talking about celebration, it is time to join the banks of the Danube to enjoy the spectacular fireworks of Hungary National Day or St Stephen's Day, on August 20th. / La Hongrie a souvent été un pays multiethnique au cours de son histoire, mais également multireligieux. Bien avant l'arrivée des Magyars sur l'actuel territoire hongrois, les Juifs constituent un groupe culturel important dans la région. On estime que la présence juive remonte au IIIème siècle ap-JC. Tour à tour réprimés ou tolérés, ils prospèrent à la fin de la Renaissance et sous le joug ottoman. L'autonomie dont bénéficie la Hongrie au XIXème siècle va également toucher la communauté juive alors que la Grande Synagogue est construite en 1854. Les juifs constituent presque 25%  de la population de la ville, alors appelée "Judapest" dans les milieux d'extrême-droite. Malgré les affres de la Seconde Guerre mondiale, cette synagogue est parvenue jusqu'à nous, exhibant sa superbe façade mauresque. Dans un contexte beaucoup moins solennel, mais tout près de la Grande Synagogue, découvrons un haut-lieu de la fête à Budapest: Szimpla. Ce "romkocsma", comprendre squat d'artistes version Europe centrale, a été ouvert en 2002. Formant un dédale de couloirs et des cours remplis d'objets de récup, il offre un cadre décontractée et alternatif de jour comme de de nuit. Le quartier dans son ensemble attire les fêtards de l'Europe entière. En parlant de célébration il est temps de rejoindre les bords du Danube par assister aux feux d'artifices de la fête nationale ou jour de Saint-Etienne, le 20 août.











Meanwhile the most iconic buildings of the city sparkle in the water of the second largest river in Europe, we leave Budapest and its gorgeous heritage. / Alors que les monuments les plus emblématiques de la ville miroitent dans les eaux du deuxième plus long fleuve d'Europe, nous quittons Budapest et son magnifique patrimoine historique. 

16 commentaires :

  1. J'ai toujours eu envie de découvrir cette ville et tes superbes photos me confortent encore plus dans cette envie ! Merci pour ce très bel article et bon mercredi !

    RépondreSupprimer
  2. Quel plaisir de voyager avec tes superbes photos, merci, belle soirée!

    RépondreSupprimer
  3. This is somewhere I've always wanted to go, I love all your pictures!

    RépondreSupprimer
  4. The photos are amazing - and you have highlighted places I never knew existed. While we haven’t been to Budapest, it is high on our list and I will be saving this post for our trip. Of all the people I have known who have gone, not one has mentioned the art there. Stunning. They all, however, mention the Dobos Torta!

    RépondreSupprimer
  5. une ville que je ne connais pas encore ; merci pour cette petite escapade depaysante...

    RépondreSupprimer
  6. Un voyage culturel et gourmand! Merci pour ce partage et bon week-end

    RépondreSupprimer
  7. Your pictures are beautiful! I knew Budapest has stunning architecture and rich in history, and this article showcases it so well.

    RépondreSupprimer
  8. Tes superbes photos me rappellent de très bons souvenirs, notamment des bains ou je suis allée cette année, j'y avais passé un super moment ! Bisous !

    RépondreSupprimer
  9. Comme c'est joli toutes ces photos !

    RépondreSupprimer
  10. Splendide les photos, très bel article, une invitation au voyage, en regardant les bijoux, j'ai trouvé qu'il y a une ressemblance avec certains bijoux de famille, peut être est ce dû à l'héritage Ottoman, belle après midi !!!

    RépondreSupprimer
  11. Un magnifique article et une ville que j'ai adoré

    RépondreSupprimer
  12. Wow it looks stunning. All of those photos make it look like a must visit. I'm impressed by how clean the streets look too!

    RépondreSupprimer
  13. I haven’t been to Budapest in over 15 years and it still looks beautiful.

    RépondreSupprimer
  14. J'avais envie d'aller à Budapest en priorité pour ses bains mais maintenant que j'ai vu ton reportage j'ai vraiment le désir de découvrir cette ville ses quartiers d'artistes, ses musées, et déguster les pâtisseries que tu as su si bien mettre en valeur bravo

    RépondreSupprimer
  15. Oh j'ai lu avec attention et une grande émotion ton reportage : je suis fan de Budapest, j'y suis allée trois fois, toujours en février car c'est magique de se baigner dehors la nuit en plein hiver au Gellert ! L'architecture de cette ville est grandiose, la politesse des gens, la nourriture, la musique : tout me plait !!! Tu me fais penser que je n'ai toujours pas réalisé le dobos torta, mais cela ne saurait tarder, un peu de l'ambiance de Budapest dans l'assiette, ça fait du bien !

    RépondreSupprimer
  16. Moi qui ne part que rarement en voyage, là je suis conquise part tes photos. Elles sont superbes :)

    RépondreSupprimer