dimanche 15 décembre 2019

Duck Daube with morels / Daube de canard aux morilles


I often tend to prepare roasted poultry for Christmas dinner: duck, capon, turkey or even chicken roll. But this time I wanted something different. Actually daube is a classic stew with red wine from my birthplace, Provence, even though we scarcely use duck in this region, instead of beef, wild boar and other games. Daube is not to be mistaken with "civet" which is similar but the sauce is thickened with blood in this case - and also mostly made with rabbit and hare meat. I prefer to use a pressure-cooker to accelerate this whole process, since duck meat is very long to simmer, but of course any type of pots would work. The meat should really melt in the mouth. I use here morels, but dried porcini mushrooms would work perfectly for this recipe. If you still have a little bit of sauce keep it preciously, let it thicken and serve it with tagliatelle and some grated parmesan, it's absolutely delicious! For 6 people.

Ingredients

- 6 duck thighs (1,8 kg - 4 lb)
- 2 large onions chopped, chopped 
- 4 cloves garlic, minced
- 4 carrots
- 75 cl red wine (1 bottle)
- 20 g dried morels
- 4 sprigs of thyme 
- 4 sprigs of parsley, chopped
- 2 bay-leaves

- 1 beef cube-bouillon
- 2 tablespoons olive oil
- 1 tablespoon sugar
- 1 tablespoon flour
- 1/2 teaspoon ground allspice
- 20 g butter 
- Salt, ground peppercorn.



1 - Cut the carrots into slices. In a large pot heat 1 tablespoon of olive oil over medium-high heat and brown the duck thighs on each sides. Set aside. Heat the rest of olive oil and brown slightly the onion and then add the garlic and allow to caramelize slightly over medium heat. Add the carrots and put the duck back in the pot. Season with salt, peppercorn and allspice. Deglaze with the wine. Add the morels, the sugar, the thyme, parsley and bay-leaves and crumble the beef cube-bouillon. 




2 - When the wine starts bubbling you can continue simmering over medium-low heat. The meat is supposed to be very tender, almost falling from the bones which takes about 45 min with a pressure-cooker or 2 hours with a regular pot. In a small pot melt the butter over medium heat and add the flour while stirring to get a roux. Pour about 4-5 ladlefuls of broth in several times while whisking to combine and thicken the roux. When it's getting thicker and start bubbling, transfer this roux into the stew and combine gently over low heat. Allow to cook about 10-15 min before serving, with either mashed vegetables - sweet potato works particularly well -  rice or pasta. 

__________

J'ai souvent tendance à servir pour Noël des volailles rôties: canard, chapon, dinde ou encore rôti de volaille farci. Mais cette année j'avais envie de quelque chose de différent. Pour ceux qui ne connaissent pas, la daube est un ragoût au vin rouge typique de ma terre natale, la Provence, bien que l'on utilise peu du canard, que l'on remplace généralement par du bœuf, du sanglier ou d'autres types de gibier. Il ne faut pas confondre la daube avec le civet qui, lui, est épaissi avec le sang de l'animal, souvent du lapin ou du lièvre. Je préfère utiliser une cocotte-minute pour cette recette, car la cuisson du canard est très longue. Néanmoins n'importe quelque cocotte marchera, même si - comme pour tout ragoût - la viande doit être fondante. J'utilise ici des morilles mais à vrai dire la recette fonctionne parfaitement avec des cèpes séchés également. S'il vous reste un peu de sauce, gardez la précieusement. Vous pourrez la faire un peu réduire et la verser sur des tagliatelles avec un peu de parmesan, c'est un régal! Pour 6 personnes. 



Ingrédients 




- 6 cuisses de canard (1,8 kg) 

- 2 gros oignons, hachés 
- 4 gousses d'ail, émincées
- 4 carottes
- 75 cl de vin rouge 
- 20 g de morilles séchées 
- 4 brins de thym
- 4 brins de persil, ciselés
- 2 feuilles de laurier-sauce

- 1 bouillon-cube de boeuf
- 2 cuil à soupe d'huile d'olive 
- 1 cuil à soupe de sucre 
- 1 cuil à soupe de farine
- 1/2 cuil à café de quatre-épices
- 20 g d beurre
- Sel, poivre. 

1 - Couper les carottes en rondelles. Dans un grande cocotte faire chauffer 1 cuil à café d'huile d'olive et faire dorer les cuisses de canard sur les deux faces. Réserver. Faire chauffer l'huile d'olive restant et faire colorer les oignons légèrement puis ajouter l'ail, baisser le feu et laisser caraméliser. Ajouter les carottes et remettre le canard dans la cocotte. Saler, poivrer et assaisonner avec le quatre-épices. Déglacer avec le vin puis ajouter le thym, le laurier-sauce, le persil, les morilles séchée, le sucre et le bouillon-cube de bœuf, émietté. 

2 - Lorsque le vin commence à frémir continuer la cuisson à feu moyen-doux. La viande est supposée est être très fondante et commencer à se détacher facilement de l'os ce qui pend environ 45 min avec une cocotte minute et au moins 2 h avec une cocotte classique. Dans une casserole faire fondre le beurre à feu moyen et ajouter la farine tout en mélangeant pour obtenir un roux. Ajouter le 4-5 louches de bouillon en plusieurs fois dans le roux en fouettant pour obtenir une sauce laisse et épaisse. Continuer de mélanger et laisser frémir puis transvaser le roux dans le bouillon et laisser frémir encore 10-15 min à feu doux pour lier la sauce. Servir ensuite avec un écrasé de légumes - une purée de patate douce s'accorde à merveille avec la daube - du riz ou des pâtes. 




Rose hips / Cynorhodon, Barret-sur-Méouge, France.

lundi 2 décembre 2019

Phoenix Wings / Ailes de phénix


I have always been impressed by the lyricism used in China to name their dishes. I admit I probably ate this one in an Asian fast food but I guess its taste was delicious enough to inspire me such a poetic name. This recipe is quite quick and easy to make. If you want a slightly less oily alternative you can dust the chicken wings into flour and cook it in an oven for 15 min at 200°C (360°F). Meanwhile you can prepare the sauce and coat the chicken, then pop it in the oven for an extra 10 min. It is at least as good. For 24 pieces or 4 people.

Ingredients

- 12 chicken wings (700 g - 1 & 1/2 lb)
- 2 tablespoons flour
- 2 garlic cloves, minced
- 1 teaspoon ginger, chopped 
- 1/4 teaspoon chili flakes
- 1 pinch of five spice powder
- Frying oil + 1 teaspoon oil
- Pepper.

Sauce

- 4 tablespoons sweet chilli sauce
- 1 tablespoon soy sauce
- 1 tablespoon oyster sauce
- 1 teaspoon of sesame oil.

1 - Divide each chicken wing into two pieces. Sprinkle with pepper, chili flakes and five spice powder. Marinate 15 minutes. Mix the sauce ingredients. Put the chicken wings with the flour in a bag and shake to coat the chicken evenly with the flour (it's the easiest way). Remove the excess and cook the chicken wings into hot frying oil (about 180°C - 350°F) until golden brown. Set aside.

2 - In a wok heat one tablespoon of vegetable oil and brown slightly the garlic and the ginger for few seconds. Add the sauce sauce, a little bit of water and caramelize over low heat for 2 min. Add the fried chicken wings and coat well with the sauce. Serve immediately.
__________

J'ai toujours été émerveillé par le lyrisme que les Chinois emploient pour nommer certains de leurs plats. Bon j'admets avoir sûrement découvert ce plat dans un fast food asiatique, mais son goût était probablement assez délicieux pour m'inspirer un nom aussi poétique. C'est une recette assez facile et rapide. D'ailleurs si vous ne possédez pas de friteuse ou que vous désirez simplement faire une version plus légère vous pouvez faire cuire le poulet 15 min au four à 200°C après l'avoir fariné puis préparer la sauce avec le gingembre, l'ail et le reste des condiments puis enduire le poulet et prolonger la cuisson 10 min. C'est tout aussi excellent. Pour 24 wings, soit 4 personnes. 

Ingrédients 

- 12 ailes de poulet (700 g)
- 2 cuil à soupe de farine 
- 2 gousses d'ail finement hachées 
- 1 cuil à café de gingembre haché 
- 1/4 cuil à café de piment fort 
- 1 pincée de 5 épices 
- Huile de friture + 1 cuil à café d'huile végétale 
- Poivre. 

Sauce 

- 4 cuil à soupe de sauce au piment doux 
- 1 cuil à soupe de sauce soja 
- 1 cuil à soupe  de sauce d'huître 
- 1 cuil à café d'huile de sésame. 

1 - Diviser les ailes de poulet en deux au niveau de l'articulation. Saupoudrer de poivre, de piment fort et de 5 épices. Laisser mariner 15 min. Mélanger les ingrédients de la sauce et la diluer avec un filet d'eau. Mettre les ailes de poulet avec la farine dans un sac congélation et bien secouer le tout pour que les ailes soient entièrement farinées (c'est la méthode la plus simple). Retirer l'excédent et plonger les ailes de poulet dans un bain d'huile préchauffée à 180°c jusqu'à ce qu'elles soient bien dorées. Réserver. 

2 - Dans un wok faire chauffer la cuil à café d'huile et faire colorer l'ail et le gingembre quelques secondes. Ajouter la sauce et laisser caraméliser à feu doux 2 minutes. Ajouter les ailes de poulet frites et bien enrober le tout de sauce. Servir sans attendre.





Photo - Taro, Kenting, Taiwan. 

lundi 11 novembre 2019

Balkans Journey / Escapade dans les Balkans - Belgrade - Berovo - Sofia

After visiting Greece I was lucky enough this summer to go for a journey in the heart of Balkans from Serbia to Bulgaria and throughout Macedonia. Apart from Greece and Croatia, South-Eastern Europe is relatively  unknown, despite having magnificent cities and landscapes. Let's kick off our trip with the capital of Serbia. Located along the Danube river, Belgrade has about 1,7 million inhabitants. The city itself was founded in the 3rd century BC by the Celts who give it the name of Singidūn, which Romans will eventually transform into Singidunum. The city had different rulers such as Bulgarians, Byzantines or Hungarians before the birth of the first Kingdom of Serbia in the 13th century. The city however fell under Ottoman rule from 1521 until the independance of the country in the late 19th century. Belgrade has been the capital of several countries and federations such as the Kingdom of Serbs, Croats, and Slovenes or the Republic of Yugoslavia, turning the city into a regional powerhouse. Let's start our visit into the neighborhood of Stari Grad, that could be translated from Serbian into "Old Town". It is indeed the oldest part of Belgrade where you can find for instance Knez Mihailova street. This wide pedestrian alley has been created in the 1870's and is adorned by grandiose buildings: museums, banks and mansions, home for a new wealthy Serbian elite. It has numerous classified monuments such as Belgrade City Library or the legendary Kafana Ruski Car restaurant. / Après avoir visité la Grèce, j'ai eu la chance cet été de réaliser un périple au coeur des Balkans, de la Serbie à la Bulgarie en passant par la Macédoine. En dehors de la Grèce et de la Croatie, le sud-est de l'Europe reste assez méconnu et regorge pourtant de paysages et de villes superbes. Pour commencer cette escapade découvrons la capitale serbe. Située sur les bancs du Danude, Belgrade compte un peu plus de 1,2 millions d'habitants. La ville fut fondée au IIIème siècle av-J.C. par les Celtes et prend le nom de Singidūn, que les Romains transformeront en Singidunum. La ville passa de mains en mains entre Byzantins, Hongrois et Bulgares pendant tout le Moyen-Âge avant que naisse le premier Royaume de Serbie au XIIIème siècle. La ville néanmoins tomba sous le joug des Ottomans en 1521 et ce jusqu'à l'indépendance du pays au XIXème siècle. Belgrade fut la capitale de nombreuses entités politiques comme le Royaume de Serbes, des Croates et des Slovènes ou encore la Yougoslavie, faisant de la ville un centre névralgique dans la région. Commençons notre visite par le quartier de Stari Grad, que l'on peut traduire en serbe par "vieille ville". C'est en effet le district le plus ancien de Belgrade où l'on retrouve notamment la rue Knez Mihailova. Cette immense voie piétonne fut construite dans les années 1870 et se para de superbes monuments, musées, banques et autres hôtels particuliers où s'installa progressivement la nouvelle bourgeoisie serbe. On y compte de nombreux bâtiments classés comme la Bibliothèque municipale de Belgrade ou encore le restaurant mythique Kafana Ruski Car.


















Of course you can find other somptuous buildings elsewhere dating back from the Belle Epoque period such as the Belgrade University rectorate with its red bricks facade or the National Assembly, above. Nevertheless countless monuments were lost when the Luftwaffe heavily bombed Belgrade during WW2, that explained why the city combined elements both of classic and modern architecture. Belgrade has also numerous places of worship such as the baroque St. Michael's Cathedral built in the early-19th century, below, or the more unusual St. Mark's Church, opened in 1940. / Mais on retrouve ailleurs bien sûr d'autres bâtiments somptueux de la Belle Epoque comme le rectorat de l'Université de Belgrade avec sa façade en briques rouges, ci-dessus, ou encore l'Assemblée nationale. Néanmoins nombreux furent détruits lorsque Belgrade fut bombardée par les raids aériens menés par l'Allemagne nazie pendant la Seconde Guerre Mondiale, ce qui explique son architecture souvent composite entre ancien et moderne. Belgrade possède également de nombreux lieux de culte remarquables comme la Cathédrale Saint-Michel, ci-dessous, construite au milieu du XIXème siècle dans un style baroque ou la plus étonnante l'Église Saint-Marc, inaugurée en 1940. 












Skadarlija - above - is a charming and authentic district with its cobblestones streets and numerous restaurants. Often considered as the Bohemian neighborhood of Belgrade, it is one of the most visited area of the city. For a quick street food experience, do not miss Skadarlijske Kobasice: the best hot dog I have ever had! Further down we finally reach the Jevremovac botanical garden, named after the eponymous district. Renowned for its classified assemblage of greenhouses and its arboretum, this park, created in 1874, is administered by the University of Belgrade. / L'arrondissement de Skadarlija, ci-dessus, a su conservé un charme authentique avec ses ruelles pavés et ses nombreux restaurants. Souvent considéré comme le quartier bohème de Belgrade, il attire chaque années des milliers de touristes. Pour un en-cas sur le pouce, ne ratez pas Skadarlijske Kobasice: les meilleurs hot-dog que j'ai jamais mangés! Un peu plus loin on atteint le Jardin botanique de Jevremovac, du nom du quartier éponyme. Connu pour son ensemble de serres classées et son joli arboretum, ce parc, créé en 1874, est administré par l'Université de Belgrade.













On the oher end of Knez Mihailova, we enter the Belgrade fortress located in the Kalemegdan park. It is one of the capital oldest architectural ensembles. Built from the 1st century AD, it has been continuously modified depending the rulers of the city. We can find for example the quite monumental Despot's Gate, named after the 15th century Serbian despot, Stefan Lazarević or also the bell tower, built when the city was under Austrian rule in the 18th century. / A l'autre extrémité de la rue Knez Mihailova, on atteint la forteresse de Belgrade, située dans le parc de Kalemegdan. Elle constitue l'un des ensembles architecturaux les plus anciens de la capitale. Construite à partir du 1er siècle elle fut sans cesse modifiée selon les occupants de la ville. On retrouve par exemple la très imposante porte du despote, du nom du despote serbe du XVème siècle Stefan Lazarević ou encore la tour de l'horloge, construite lorsque Belgrade était sous domination autrichienne au XVIIIème siècle.












Belgrade fortress like the rest of the city evolved a lot according to the occupying forces. The National Museum of Serbia gives a rich overview of the country history from prehistoric times to our days with a collection of archeology, paintings, numismatics and craftmanship. It displays over 400 000 items, including masterpieces of European painting. Serbs are thought to be from areas north of Black Sea and are known to have spread to the Germanic lands in the west during the Migration period before moving south throughout the Balkans. If the first Serbian states were often vassals of the Byzantine Empire, they slowly broke away from the influence of Constantinople. The country golden age has to be seen under the Nemanjić dynasty and particularly under the rule of Stefan Uroš IV Dušan in the 14th century when the Serbian Empire spread from the Danube to Athens and from the Adriatic coasts to Eastern Greece. Nevertheless the country cannot fight back against the countless assaults from the Ottoman Empire attempting to besiege Belgrade from 1456. The city is definitely captured in 1521. / La forteresse de Belgrade au grès des conquêtes a changé de visages tout comme le reste de la ville. Le Musée national de Serbie offre ainsi un aperçu intéressant des différentes pages de l'histoire du pays allant de la préhistoire à nos jours, mêlant archéologie, peinture, numismatique et artisanat. Il compte quelques 400 000 pièces dont plusieurs chefs-d'oeuvre de la peinture européenne. Les Serbes seraient originaires du nord de la Mer noire et se seraient déplacés au cours des grandes migrations vers l'Ouest jusque dans les territoires germaniques puis ensuite dans les Balkans. Si les premiers états serbes sont souvent vassaux de l'Empire byzantin, ils se détachent petit à petit de l'influence de Constantinople. Le pays atteignit son âge d'or sous la dynastie Nemanjić et notamment pendant le règne de Stefan Uroš IV Dušan au XIVème siècle alors que l'Empire serbe s'étend du Danube à Athènes et des côtes de l'Adriatique jusqu'à l'est de la Grèce. Néanmoins le pays ne résiste pas aux assauts répétés de l'Empire ottoman qui tente d'assiéger Belgrade en 1456, puis s'empare définitivement de la ville en 1521.











In 1830, Serbia gained autonomy from the Ottoman Empire, losing its Balkans colonies one by one at that period. The full independence of the coutry is granted in 1878 while Belgrade is slowly adorned with Western-style buildings such as the actual museum, built in 1903. Far from the city-center, the Tito Mausoleum or Kuća Cveća is worth a visit. Also called the "House of flowers" it hosts the grave of the former Yugoslavian president, since 1982. Nearby we can discover the 25th May Museum, created in 1962 for Tito 70th birthday in order to display the personal collections of the ruler including countless diplomatic presents and other souvenirs brought back from trips abroad. Under his rule, between 1953 and 1980, Yugoslavia experienced a golden age, making the country a important power on the world stage because of its neutrality and non-alignment policy between Eastern and Western blocks. / En 1830, la Serbie devient autonome de l'Empire ottoman qui perd peu à peu ses possessions dans les Balkans. L'indépendance totale du pays est reconnue en 1878, alors que Belgrade se pare de bâtiments occidentaux, comme l'actuel musée construit en 1903. Plus loin, hors du centre-ville, le Mausolée de Tito ou Kuća Cveća mérite le détour. Egalement prénommé la "Maison des fleurs" il abrite la tombe de l'ancien président de la Yougoslavie depuis 1982. À proximité, se trouve le Musée du 25 Mai, créé en 1962 pour les soixante-dix ans de Tito, qui accueille les collections personnelles de l'ancien chef d'État, notamment les cadeaux et les souvenirs rapportés de ses voyages à l'étranger. Sous son gouvernement, entre 1953 et 1980, la Yougoslavie connaît un âge d'or faisant du pays un état important sur la scène internationale grâce à sa neutralité et son non-positionnement entre Bloc de l'Ouest et de l'Est.








To end up this city tour, let's go along the Danube to discover Zemun, a municipality today part of Belgrade metropolitan area. Its old center largely built during the 18th century, also has much older remains dating back from as far as the Neolithic. Zemun is separated from Belgrade city center by the Sava river, a 1000 km long affluent flowing into the Danube when reaching the Serbian capital. It is a popular holiday spot for the city-dwellers that come to enjoy its pleasant green atmosphere and many bars and restaurants spreading along the river. / Pour finir ce tour de la ville, on part le long du Danube pour découvrir Zemun, une municipalité faisant aujourd'hui partie de l'agglomération de Belgrade. Sa vieille ville construite en grande partie durant le XVIIIème siècle, possède néanmoins des vestiges bien plus anciens, remontant même jusqu'au Néolithique. Zemun est séparé du centre de Belgrade par la Save, un affluent de quelques 1000 km qui se jette donc dans le Danube au niveau de la capitale serbe. C'est un lieu de villégiature très apprécié par les citadins qui viennent se détendre dans les espaces verts et dans les nombreux bars-restaurants qui s'étendent au fil de l'eau.











Between my travels to Belgrade and Sofia, I needed a break. And for that I decided to stop in the heart of the Balkans, in the beautiful and ancient old country Macedonia which I've already visited twice. This time I will take you to the south-east corner of the land next to Berovo for a fully relaxing journey into the Aurora Resort & Spa. Normally I do not sponspor hotels directly on my blog, but this magnificent resort located uphill at 1000 m above the sea level along the Maleshevo mountains is worth a stay. Very close to Berovo lake, the hotel is surrounded by dense forests where countless wild animals live side by side. / Entre Belgrade et Sofia, un petit moment détente s'impose. Et pour ça, direction la Macédoine, un petit pays situé au coeur des Balkans que j'ai déjà visité deux fois. Ici je vous amène dans le sud-est du pays, dans la région de Berovo pour un moment de détente très raffiné, au sein du Aurora Resort & Spa. Normalement je ne fais pas la promotion d'hôtels sur mon blog, néanmoins ce superbe complexe perché à 1000 m d'altitude au creux des monts Maleshevo mérite le détour. Situé à deux pas du lac de Berovo il est entouré par d'épaisses forêts où cohabitent de nombreux animaux sauvages.
















The hills around the lake are crossed by many streams, turning the understorey into a lush forest. Macedonia has about 4000 species of plants including numerous coniferous trees and many flowering plants. / Autour du lac, les collines sont traversées par de nombreux cours d'eau, transformant les sous-bois en une forêt luxuriante. La Macédoine possède environ 4000 espèces de plantes dont de nombreux conifères ainsi qu'une grande variété de plantes à fleurs. 














After a lovely nature getaway, let's continue our journey nextdoor and go to Sofia. The Bulgarian capital city is located in a region known as a human settlement from the Neolithic. Nevertheless the city itself has been founded by the Thracians then the Celts, giving it the name of "Serdica", a toponym that Sofia will keep at least until the 19th century. Being located halfway between Belgrade and Constantinople, the city gained importance under the Romans. During the migration period the region was slowly populated by tribes originating from Eastern Europe and Central Asia. Often fighting against the Byzantine Empire, the Bulgarians strengthened their influence in the Balkans peninsula. During the reign of the tsar Simeon the 1st, at the beginning of 10th century, the Bulgarian Empire spread from the Albanian coast to Ukraine and from Slovakia to the Aegean Sea. In 1385, like most  Balkans cities Sofia fell under Ottoman rule. The Turks were chased away five centuries later while Bulgaria became autonomous in 1878 and then fully independent in 1908. From the end of the 19th century many architects, mostly from the Austro-Hugarian Empire, built in Sofia a large number of monumental buildings, ranging in the style from baroque revival to art nouveau, regardless of still the presence of several medieval churches and ottoman mosques throughout the city. / Après la Macédoine, direction son grand voisin, la Bulgarie, pour découvrir Sofia. La capitale bulgare se situe dans une zone habitée depuis le Néolithique. Néanmoins la ville en elle-même est fondée par les Thraces puis les Celtes qui lui donnent le nom de Serdica. Un toponyme qu'elle gardera au moins jusqu'à la fin du XIXème siècle avant de devenir "Sofia". La ville acquiert une importance notable sous l'Empire romain car elle se situe sur la route entre Belgrade et Constantinople. Avec les grandes invasions de la fin de l'Antiquité, la région se peuple de tribus originaires d'Europe de l'Est et d'Asie centrale. Souvent en guerre contre les Byzantins, les Bulgares étendent leur sphère d'influence dans les Balkans. Sous le règne du tsar Siméon Ier, au début du Xème siècle, l'Empire bulgare s'étend des côtes de l'Albanie jusqu'à l'Ukraine et de la Slovaquie aux abords de la mer Égée. En 1385, comme la plupart des villes des Balkans, Sofia tombe aux mains des Ottomans. Les Turcs sont chassés cinq siècles plus tard alors que la Bulgarie devient autonome en 1878, puis complètement indépendante en 1908. Dès la fin du XIXème siècle de nombreux architectes principalement austro-hongrois y construisent de superbes bâtiments néo-baroques ou encore art nouveau bien qu'il subsiste ci et là encore quelques églises médiévales et autres mosquées datant de l'occupation ottomane.
















We can find many different architectural styles in Sofia, which is even more surprising for a city that experienced a demographic boom only from the very end of the 19th century. Such buildings include for instance the Party House, seat of the former communist party of Bulgaria, below, built in the 1950's into a strict yet impressive Stalinist architecture. From there  the tsar Osvoboditel boulevard stretches along the city center, acknowleged for its countless major administrative builgings such as the rectorate of the University of Sofia, the Bulgaria National Assembly, the Bulgarian Academy of Sciences or even the former Royal Palace, today hosting the National Art Gallery and the National Ethnographic Museum. / On retrouve des styles architecturaux très diverses à Sofia ce qui est d'autant plus étonnant pour une ville qui n'a connu un boom démographique qu'à la fin du XIXème siècle. On peut citer exemple la Maison du Parti, l'ancien siège du parti communiste bulgare, ci-dessous, avec son austère quoique impressionnante architecture stalinienne, construit dans les années 1950. De là s'étire le boulevard du tsar Osvoboditel, qui concentre un grand nombre de bâtiments représentatifs de la ville comme le rectorat de l'Université de Sofia, l'Assemblée nationale de Bulgarie, l'Académie des sciences de Bulgarie ou encore l'ancien Palais royal, abritant aujourd'hui le Galerie nationale et le Musée national d'ethnographie. 










Among the most unique buildings, we cannot miss the majestic Ivan Vazov National Theater, below, built in 1907, facing the City Park, created 35 years prior. Indeed Sofia, despite its 1,6 million citizens, is very green, having numerous parks and gardens, within the city core. Many streets have trees, creating a more intimate atmosphere compared to other European capitals. It is also the case of the Vitosha avenue, the main pedestrian alley of Sofia, that offer countless restaurants and cafes terraces to relax under the trees even when it becomes very busy. / Parmi les bâtiments les plus emblématiques, on retrouve entre autres le splendide Théâtre national Ivan Vazov, ci-dessous, construit en 1907 et qui fait face au Jardin municipal, créé 35 ans plus tôt. En effet la capitale bulgare, forte de 1,6 million d'habitants, possède cependant une grande densité de parcs et de jardins dans le centre ville. De nombreuses rues sont d'ailleurs plantées d'arbres donnant à la ville une atmosphère plus intime que d'autres capitales européennes. C'est également le cas de l'avenue Vitosha, la plus grande artère piétonne de la ville, qui malgré sa fréquentation offre de nombreuses terrasses où se détendre à l'ombre des arbres. 




















Some parks are more recently planned such as the one surrounding the National Palace of Culture or NDK, above. Built in 1981, it is the largest convention center in South-East Europe. Among other brutalist architecture buildings, the National Historical Museum is a must-see in Sofia. Located into the residence of the communist leader Todor Zhivkov, in the suburb of Boyana, it is the largest museum of the country with 650 000 pieces. It shows a comprehensive overview of Bulgarian history from Stone Age to our days. Modern-day Bulgaria has been ruled by many civilizations such as Thracians, Celts, Greeks, Romans before being populated by Bulgarians themselves who are thought to be originated from Central Asia. They slowly adopt Old Slavonic language while they start to convert to Christianism under the Byzantine influence from the 9th century. The museum owns one of the world largest Thracian art collections, including hundreds of gold items. / Certains parcs sont plus récents comme celui qui entoure le Palais national de la culture ou NDK, ci-dessus. Construit en 1981, ce centre est le plus grand palais des congrès du sud-est de l'Europe. Autre bâtiment à l'architecture brutaliste, le Musée national d'histoire, est situé dans l'ancienne résidence du leader communiste Todor Zhivkov, dans le quartier résidentiel de Boyana. Avec sa collection comptant près de 650 000 pièces c'est le plus grand musée du pays. Il offre un aperçu de plusieurs millénaires d'histoire allant de l'Âge de pierre jusqu'à nos jours. La Bulgarie a vu se succéder de nombreuses civilisations sur son territoire comme les Celtes, les Thraces, les Grecs puis finalement les Romains avant qu'arrivent réellement les premiers Bulgares dans la région dont on suppose que le foyer d'origine se situerait en Asie centrale. Ils adoptent comme le langue le vieux-slave alors qu'ils se convertissent au christianisme sous l'influence byzantine dès IXème siècle. Le musée comprend une des plus belles collections d'art thrace au monde, dont plusieurs centaines d'objets en or. 
















The National Historical Museum is also renowned for its collections of icons, furnitures, jewelry as well as its numerous regional traditional costumes. But Sofia is also famous for its rich religious heritage. Among the places of worship, it's impossible not to mention the breathtaking Alexander Nevsky Cathedral, often considered as the main landmark of the city. After 30 years, it has been finally achieved in 1912, making it the largest church in the Balkans. / Le Musée national d'histoire est également renommé pour ses collections d'icônes, de mobilier, de joaillerie, ainsi que pour ses nombreux costumes régionaux d'une grande finesse. Sofia est également connue pour son riche patrimoine religieux. Parmi  les lieux de culte de la ville, impossible de ne pas citer la monumentale Cathédrale Saint-Alexandre-Nevski, souvent considéré comme l'emblème de la ville. Après 30 ans de travaux, elle fut achevé en 1912, faisant d'elle la plus grande cathédrale des Balkans. 













The spectacular St Nedelya Church has fondations dating back from the 11th century even though the building has been heavily reconstructed throughout the 19th and the 20th century. Finally the Russian Church is inspired by the 16th century Moscow regional architecture with its colorful tiles and golden onion domes. If most of the mosques have been destroyed during the 19th century independence wars against the Ottoman Empire, some remains of this period still exist such as the Bania Bachi mosque built in 1567. By crossing the Sofia Central Market, open in 1911, we finally reach the Sofia Synagogue, the third largest in Europe. Open in 1909, this temple has magnificent Moorish revival interiors. / On retrouve également la très spectaculaire Cathédrale Sainte-Nédélia dont les fondations remontent au XIème siècle bien que l'église actuelle fut considérablement remaniée au cours du XIXème et du XXème siècle. Enfin l'Eglise russe, avec sa décoration bariolée et ses bulbes dorés, s'inspire ouvertement du style architectural en vogue à Moscou au XVIème siècle. Si beaucoup de mosquées sont détruites à la fin du XIXème siècle lors des guerres d'indépendance contre l'Empire ottoman, il reste quelques vestiges de cette période avec notamment la très belle Mosquée Bania Bachi construite en 1567. A quelques rues de là, en passant par le Marché central de Sofia, ouvert en 1911, on atteint la Synagogue de Sofia, la troisième plus grande d'Europe. Inauguré en 1909, ce lieu de culte possède une superbe décoration néo-mauresque.













The synagogue lavish interiors are a perfect stage to finish this article about Balkans, probably the most unknown part of Europe, despite a thousands years old history that just ask to be explored. / C'est au coeur de cette synagogue avec ses intérieurs richement décorés, que nous quittons les Balkans, une région d'Europe méconnue malgré une histoire pourtant riche et millénaire qui ne demande qu'à être explorée.